François Maspero

Un grand éditeur. Un grand libraire. Un grand traducteur. Un homme engagé.

Il mourait alors que je lisais sa traduction de « L’ombre du vent » de Ruiz Zafon chez Grasset (mars 2004) où il est question du Cimetière des Livres oubliés…

Merci Monsieur Maspero !

Publicités

A propos jeancarniaux

Passionné par les livres, les détails de la vie urbaine...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s